Éduc’alcool lance une campagne de sensibilisation hors de l’ordinaire pour donner aux Québécois des conseils pour la période des fêtes en temps de confinement et de pandémie.

Lorsque l’Opération Nez rouge a annoncé qu’elle suspendait ses raccompagnements pour 2020, Éduc’alcool a lancé un appel au gouvernement pour qu’il augmente les barrages policiers qui contrôlent l’alcool au volant. Il a également interpelé les sociétés de transport public, de taxis et de raccompagnement pour qu’elles se préparent à augmenter leur offre de service si le besoin se faisait sentir.

D’autres mesures devront être prises par les Québécoises et les Québécois sur une base individuelle pour contribuer à la réduction de la conduite avec facultés affaiblies et empêcher l’abus d’alcool pendant le temps des fêtes, même si confinement il y a, avait alors souligné Éduc’alcool.

Une campagne comportant dix conseils sera donc menée du 20 au 31 décembre 2020 à cet effet par Educ’alcool. Chaque conseil renverra à une section du site web de l’organisme pour plus d’informations.

Les conseils sont les suivants :

  • Mieux vaut tôt que tard : Prévoyez à l’avance comment rentrer chez vous. Vous vous en féliciterez, vous verrez!
  • Calculer son alcoolémie. C’est plus prudent : Calculez votre taux d’alcool dans le sang et son évolution avec le temps. Utile et prudent.
  • D’abord le solide, ensuite le liquide : Ne buvez pas sur un estomac vide. Manger avant de boire ralentit l’absorption de l’alcool. C’est pas mal plus plaisant.
  • Votre verre ne va pas s’enfuir, promis, juré! Buvez lentement et savourez votre verre plutôt que de le caler. Vous en profiterez plus et on vous jure que votre verre sera toujours là.
  • Savez-vous jusqu’où remplir les verres d’alcool? Servez des verres standard.
  • On finit avant de recommencer : Attendez de vider votre verre avant d’en redemander.
  • Sans, avec, sans, avec, sans, sans : Alternez boissons non alcoolisées et boissons alcoolisées.
  • Demain n’est pas un autre jour : Évitez les lendemains de veille, c’est se souvenir de sa soirée. Pas mal plus agréable qu’une gueule de bois.
  • L’alcool, c’est comme le sexe : Non, c’est non : Certains ne veulent pas d’alcool ou n’en veulent plus? N’insistez pas. Assez veut dire assez et non, c’est non.
  • Angoisse, dépression, solitude? Ne sont pas solubles dans l’alcool. Nos meilleurs amis sont… nos amis et nos parents.

Ce dernier conseil a été ajouté au moment où le gouvernement a décrété que les rassemblements familiaux et amicaux ne seraient pas autorisés. Elle s’adresse particulièrement aux personnes seules qui sont plus vulnérables ainsi qu’à leurs parents et amis.

Un appui de deux ministres

La campagne d’Éduc’alcool a bénéficié de l’appui et du soutien financier de deux ministres du gouvernement du Québec qui lui ont, chacun, généreusement attribué une somme non négligeable à même leur enveloppe discrétionnaire. Il s’agit de la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Mme Geneviève Guilbault et du ministre des Transports, M. François Bonnardel.

« Ce remarquable coup de pouce nous a permis de couvrir toute la période de Noël et du Nouvel An alors que nos budgets initiaux nous forçaient à l’interrompre entre les deux fêtes, en plus d’augmenter sa portée de façon significative et de nous assurer d’une visibilité d’impact en début de campagne. Au total, la campagne d’Éduc’alcool permettra de bénéficier de 4 millions d’impressions additionnelles », de préciser Hubert Sacy, directeur général d’Éduc’alcool.

Celui-ci a d’ailleurs enregistré une conversation à bâtons rompus avec le ministre François Bonnardel. Elle sera relayée sur les réseaux sociaux en prévision de Noël et du  Nouvel An et permettra de donner plus de portée et d’ampleur aux conseils du temps des fêtes

« C’est par un effort collectif où chacun assume ses responsabilités et fait sa part que nous pourrons nous offrir un temps de partage et de fraternité dans lequel l’alcool, consommé avec modération et de manière conviviale, fera partie de la fête », a conclu Hubert Sacy.