Plus de 50membres ont participé à l’Assemblée générale annuelle d’Éduc’alcool qui s’est tenue pour une deuxième année consécutive par téléconférence, mesures sanitaires obligent. 

Sur le plan institutionnel, cette réunion annuelle a permis aux membres de mettre à jour les règlements internes d’Éduc’alcool et surtout, de combler une lacune du Code d’éthique de l’industrie québécoise des boissons alcooliques.  

En effet, il a fallu attendre 2020 pour constater que le code ne comportait pas de référence à la consommation dalcool durant la grossesse. Il faut dire qu’à lépoque de son adoption, il était tellement évident qu’il était inacceptable que la publicité et la promotion des produits alcoolisés s’adressent à des femmes enceintes que nul n’a même pensé le mentionner. 

Mais il est vrai que, comme le code interdit nommément la communication commerciale qui vise les personnes mineures, il n’y a pas de raison d’omettre la mention des femmes enceintes. Cette lacune est désormais comblée, sur recommandation du Conseil d’éthique et du conseil d’administration d’Éduc’alcool. 

Un rapport complet des activités de l’année a fait le tour des principales réalisations de notre organisme en cette année si particulière qui a été marquée par la pandémie et le confinement. Cela a forcé Éduc’alcool à suivre la situation de la consommation d’alcool, à la faire connaître pour éviter la banalisation des problèmes comme les scénarios catastrophes et à dispenser des conseils par lentremise de campagnes de sensibilisation. Ce faisant, Éduc’alcool s’est plus que jamais affirmé comme la référence québécoise en matière de consommation d’alcool. 

D’autres réalisations majeures qui ont marqué 2019-2020 ont été passées en revue lors de l’assemblée : la campagne de promotion des outils de la modération, la nouvelle publication de la collection Alcool et santé qui traite du diabète, la campagne des fêtes de Noël et du Nouvel An, les activités et les multiples témoignages reçus à l’occasion du 30eanniversaire d’Éduc’alcool, dont la remise de la Médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour mérite exceptionnel. 

Les membres ont pu également constater que la situation financière d’Éduc’alcool était des plus saines, une gouvernance exemplaire et une gestion serrée rendant cela possible. Ils ont élu leur conseil d’administration dont tous les membres sollicitaient un renouvellement de mandat à l’exception d’Étienne Bezard auquel a succédé Catherine Lessard. 

Dans son allocution de clôture, le président du conseil, Richard Gagnon, a souligné le travail accompli et a évoqué les défis qui attendent Éduc’alcool au cours de l’année à venir. Il a fait part de ses inquiétudes face à la démarche de révision des niveaux de consommation d’alcool à faible risque actuellement en cours à Ottawa. Celle-ci ne semble pas se dérouler selon les règles de rigueur scientifique, d’équilibre, de diversité des points de vue et de l’acceptabilité sociale. Cela pourrait remettre en cause le contenu des prochaines campagnes de sensibilisation d’Éduc’alcool 

Il a également rassuré les membres quant au fait que le conseil d’administration prendrait toutes les mesures requises pour assurer la pérennité d’Éduc’alcool lors de la phase de transition que l’organisme va vivre au cours de la prochaine année qui, il en est assuré, sera aussi fructueuse que celle qui a pris fin.