Voilà des années qu’Éduc’alcool soutient le programme de formation des serveurs et des propriétaires des établissements licenciés – bars et restaurants – conçu par l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec, Action Service, qui les aide à servir de l’alcool de manière responsable et à réduire la conduite avec les facultés affaiblies et la violence liée à l’abus d’alcool. Et voilà aussi des années qu’il revendique que cette formation soit rendue obligatoire, car elle représente une mesure de prévention très efficace.

Il y a plus de deux ans maintenant que la Loi qui prévoit une obligation extrêmement mince – un seul serveur formé sur le plancher en tout temps – est en vigueur,- mais le Règlement sur la formation obligatoire n’est toujours pas émis.

Cela n’empêche pas Éduc’alcool et l’ITHQ de se préparer en faisant systématiquement des mises à jour du programme et en en faisant la promotion.

Ainsi, profitant des montants octroyés par le gouvernement pour la formation dans le cadre de la crise de la Covid-19, les deux organismes ont lancé, dès le 11 mai, une campagne pour inviter les intéressés à profiter du financement à 100 % du programme pour le suivre et ainsi s’outiller pour donner à leurs clients un service de qualité et leur permettre de remplir leurs obligations réglementaires.

La campagne est diffusée sur les sites les plus pertinents pour rejoindre ces groupes : Urbania, Nightlife, Narcity, Silo 57, Tastet et Association restauration Québec.

Par ailleurs, les travaux de mise à jour du contenu de la formation font en sorte qu’il est de première qualité et parfaitement adapté.

Nos actions ont ainsi pour effet d’agir sur les sept volets suivants :

  1. Faire passer aux étudiants le test des connaissances avant la formation et après de manière à évaluer l’impact du cours lui-même.
  2. Faire une mise à jour des lois relatives à la conduite avec les facultés affaiblies ainsi que des statistiques des accidents de la route.
  3. Corriger les informations relatives aux personnes en état d’ébriété, aux personnes mineures, aux heures d’ouverture, aux permis d’alcool, à la tranquillité publique et au préjudice à autrui qui ont subi des changements suite à l’adoption récente de divers lois et règlements.
  4. Apporter des ajustements utiles et évoquer le cannabis compte tenu de sa légalisation.
  5. Ajouter une section sur l’alcool et les jeux de hasard et d’argent.
  6. Moderniser la section de formation des formateurs.
  7. Et, bien entendu, poursuivre nos représentations pour faire reconnaître Action Service par la RACJ.

Lire l’article suivant

Articles récents