Dans le cadre des consultations du ministère de l’Éducation sur la refonte du programme Éthique et culture religieuse, Éduc’alcool a déposé un mémoire et fait des représentations sur la question, absolument essentielle, à son avis.

En effet, le tout premier programme élaboré par Éduc’alcool, lors de sa création au début des années soixante-dix, était À toi de juger, un outil éducatif mis à la disposition des enseignants et des enseignantes des écoles primaires et secondaires pour leur permettre de parler d’alcool avec les jeunes. Il avait été conçu en collaboration avec les autorités du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur et était conforme aux objectifs des programmes officiels.

Depuis, le programme a, bien sûr, énormément évolué. Il a dû s’adapter aux changements intervenus dans la société, aux changements des mentalités, aux changements des objectifs du Ministère ainsi qu’aux besoins et aux préoccupations des élèves et des enseignants.

Si bien qu’aujourd’hui, À toi de juger, c’est sept trousses d’apprentissage, parfaitement intégrées aux programmes officiels du Ministère, pour chacun des sept niveaux d’enseignement de la cinquième année du primaire à la cinquième année du secondaire, en français et en anglais. Elles sont offertes sans frais à tous les enseignants des écoles publiques et privées du Québec.

Le programme qui s’étend de la 5e primaire jusqu’à la 5e secondaire vise à :

  • retarder le plus possible l’âge du début de la consommation des jeunes ;
  • aider les jeunes à développer un comportement responsable vis-à-vis des pressions des pairs ;
  • les amener à comprendre qu’il n’est pas nécessaire de boire de l’alcool pour avoir du plaisir ;
  • les aider à devenir des consommateurs critiques et avertis ;
  • leur montrer à faire la distinction entre l’usage abusif et la consommation modérée d’alcool.

Le matériel pédagogique correspond à la réalité des jeunes et met l’accent sur deux aspects :

  • leur faire mieux comprendre les impacts de l’alcool sur le développement du corps humain ;
  • mieux les outiller pour qu’ils deviennent autonomes et qu’ils résistent aux influences qui s’exercent sur eux.

Sous forme de situations d’apprentissage et d’évaluation, le matériel respecte la progression des apprentissages et permet d’évaluer les compétences attendues par le Programme de formation de l’école québécoise du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur.

Au cœur du succès et de l’efficacité de ce programme, il y a le fait qu’il s’inscrit dans le cadre des objectifs pédagogiques du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Autrement, les enseignants, déjà débordés par le contenu à véhiculer auprès des élèves, risqueraient de négliger totalement cet aspect absolument essentiel pour préparer les élèves à faire des choix éclairés à l’avenir.

Éduc’alcool a consacré d’immense efforts pour mettre systématiquement à jour les divers volets de ce programme, pour le faire connaître et pour en faire la promotion auprès des enseignants des niveaux et des matières concernés : envois dans les établissements, publicité dans des publications et des sites qui rejoignent les enseignants concernés, participation à des salons pertinents.

Ces outils pédagogiques sont fort utiles, car ils simplifient grandement la tâche aux enseignants. Ils sont essentiels, car à neuf ans, un enfant sur quatre a déjà fait l’expérience de l’alcool. À 14 ans, ce sont les deux tiers. Des dizaines d’enseignants ont déjà téléchargé le matériel correspondant au niveau de leurs élèves.

C’est la raison pour laquelle Éduc’alcool s’est inquiété de ne pas retrouver, dans les pistes soumises à la consultation ministérielle, ce qui garantirait la pérennité du programme À toi de juger qui est si nécessaire à une formation complète. Il a dit espérer que cette lacune sera rapidement comblée.

Si le programme d’études Éthique et culture religieuse vise vraiment à développer la réflexion de l’élève sur le vivre-ensemble, il doit aussi lui permettre de faire des choix éclairés, de résister à la pression des pairs, et de connaître l’alcool et ses effets.

Comme le signale si bien le Ministère, « à travers les finalités que sont le bien commun et la reconnaissance de l’autre, indissociables de la connaissance de soi, les outils nécessaires pour qu’il puisse exercer son rôle de citoyen de manière éthique et responsable lui sont donnés ». À toi de juger en est la meilleure illustration.

C’est pourquoi la révision prochaine du programme d’études doit absolument contenir, parmi les thèmes qui l’enrichiront, la notion d’éducation à l’alcool, a soutenu Éduc’alcool qui s’est dit heureux de contribuer à l’effort d’éducation de nos jeunes. Les connaissances sont une condition nécessaire, quoique non suffisante, au développement d’une saine relation à l’alcool dans l’avenir.

Nous attendons donc le projet officiel du ministère de l’Éducation, mais à première vue, il semble bien que nous ayons été entendus.

Articles récents