Nouvelle publication scientifique sur l’alcool et le diabète : moindres risques chez les consommateurs modérés, risques accrus avec l’abus d’alcool.

Montréal, le 7 avril 2021Les personnes qui consomment de l’alcool de façon régulière et modérée, soit environ deux verres standards par jour, 3-4 jours par semaine, bénéficient d’un risque amoindri de développer le diabète. Cependant, pour les femmes qui boivent plus de 3,7 verres par jour et pour les hommes qui consomment plus de 4,5 verres, le risque devient alors nettement plus important que chez ceux qui n’ont jamais bu d’alcool.

Telle est la conclusion de la toute dernière publication de la collection Alcool et santé d’Éduc’alcool intitulée « L’alcool et le diabète ». Celle-ci passe en revue et dans le détail les plus récentes données relatives aux liens entre la consommation modérée, la consommation excessive et le diabète.

« Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille viser ces limites supérieures, car à ce niveau, la consommation d’alcool augmente le risque de développer des maladies autres que le diabète, notamment certains cancers et certaines maladies cardiovasculaires. Chez les personnes déjà atteintes de diabète, la consommation excessive peut aussi entraîner des complications cardiovasculaire, rénale et visuelle ainsi qu’un risque accru d’hypoglycémie », a toutefois mis en garde le directeur général d’Éduc’alcool, Hubert Sacy.

Ce sujet concerne d’ailleurs un très grand nombre de Québécois puisqu’il y a près d’un million de personnes souffrant de cette maladie chez nous. Diabète Québec estime que parmi celles-ci, un quart de million d’individus n’en sont même pas conscients.

Cette nouvelle publication d’Éduc’alcool a été révisée par le Dr Rémi Rabasa-Lhoret MD, Ph. D., professeur titulaire de recherche à l’Institut de recherches cliniques de Montréal, vice-président, Clinique et recherche clinique et directeur de la clinique de diabète du laboratoire des maladies métaboliques et de la plateforme de recherche en obésité, métabolisme et diabète ; titulaire des Chaires de recherche sur le diabète J.A. DeSève et Lamarre Gosselin ; professeur titulaire, Faculté de médecine – Département de nutrition, Université de Montréal et membre du service d’endocrinologie du Centre hospitalier de l’Université de Montréal.

Le diabète et l’alcool

La consommation d’alcool interagit avec plusieurs facteurs de risque impliqués dans l’apparition du diabète. Ces facteurs de risque diffèrent en fonction de la quantité et de la fréquence de la consommation. Par exemple, la consommation abusive d’alcool peut entraîner une inflammation du pancréas (pancréatite), réduisant ainsi sa capacité à produire de l’insuline et augmentant donc le risque de développer un diabète de type 2 (la forme la plus fréquente).

La publication traite aussi du syndrome métabolique qui augmente lui aussi le risque d’apparition de diabète de type 2. Ce syndrome est diagnostiqué par la présence de différents indicateurs affectés par la consommation d’alcool. Un Canadien sur cinq en est atteint et le risque augmente aussi avec l’âge. Le risque d’apparition d’un syndrome métabolique est deux fois plus élevé dès qu’on dépasse trois verres standards par jour.

La publication passe également en revue les liens entre consommation d’alcool et d’autres risques de diabète en expliquant comment l’alcool peut agir sur différents processus régulant la glycémie : la sensibilité (ou la résistance) à l’insuline, les triglycérides, l’adiponectine et l’acétaldéhyde.

Des recommandations pour les diabétiques

Selon Éduc’alcool, qui justifie dans le détail ses recommandations dans la publication, les personnes atteintes de diabète doivent s’assurer de remplir trois critères si elles envisagent de boire de l’alcool :

  1. Avoir une gestion du diabète qui permette d’atteindre des glycémies dans les cibles recommandées ;
  2. Ne pas avoir de problèmes de santé pour lesquels la consommation d’alcool serait contre-indiquée ;
  3. Savoir comment prévenir et traiter le taux de sucre inférieur à la normale.

Elles doivent également, toujours manger avant ou pendant leur consommation d’alcool, surveiller de façon soutenue le taux de sucre lors de la consommation, avoir à portée de main des aliments sucrés ou des comprimés de glucose pour prévenir ou traiter une hypoglycémie.

Aussi, Éduc’alcool recommande aux personnes diabétiques de ne boire de l’alcool qu’en mangeant des repas riches en glucides et de s’en tenir aux limites de consommation d’alcool à faible risque :

  • 2 verres standards par jour et 10 par semaine pour les femmes ; 3 verres standards par jour et 15 par semaine pour les hommes ;
  • Exceptionnellement, les femmes peuvent prendre 3 verres et les hommes 4;
  • Tous devraient planifier au moins une et préférablement deux journées sans alcool par semaine pour éviter l’accoutumance.

« En plus de suivre ces recommandations, il est pertinent de prendre connaissance de la quantité de glucides dans chacune des boissons alcoolisées consommées afin de permettre un meilleur contrôle de la glycémie. Ainsi, il est clair que même en matière de diabète, la modération a bien meilleur goût», a conclu Hubert Sacy.

 

Articles récents